Disparitions – Laetitia Argoud –

Durant toute son existence, l’être humain se construit en fonction de ses rencontres sociales et de ses actions … Malheureusement pour certaines personnes, une seule rencontre peut suffire à détruire toute une vie et nous entraîner dans l’oubli.

Dans le roman « Disparitions » de l’autrice Laetitia Argoud, l’oubli laisse place à la quête de réponses et nous entraîne dans une intrigue où l’espoir ne tient plus qu’à un fil …

Quatrième de couverture :

Niort, juin 2003. Kate et Angela disparaissent en rentrant du collège. Les deux adolescentes se sont mystérieusement envolées, comme volatilisées. Dispute, fugue, kidnapping ou même malédiction, toutes les pistes sont envisagées. Mais les jeunes filles demeurent introuvables…

Où sont-elles ? Que leur est-il arrivé ?

Pour les familles, l’attente devient insoutenable. Telle une torture psychologique, leurs absences creusent de profondes blessures, parfois irréversibles… Quinze ans plus tard, le cadavre d’une femme est identifié sur une plage de Vendée. De qui s’agit-il ?À l’annonce de cette découverte, Jennifer, la sœur de Kate, est obnubilée par cette tragédie. Elle mettra alors tout en œuvre pour élucider le mystère «des disparues»…

Avis lecture …

En fin d’année dernière, j’ai eu l’opportunité de découvrir le nouveau roman de Laetitia Argoud, « La haine dans les veines », un roman policier beaucoup plus familier et intimiste de tout ce que j’avais pu lire jusqu’à présent.

Dans les faits, il s’agissait du deuxième tome de la saga « J. Kern » dont le premier tome « Disparitions » était paru en mars 2020.

Dans ce premier tome, l’autrice introduit en effet les principaux personnages que j’avais eu le plaisir de suivre dans « La haine dans les veines », à savoir le détective privé Logan Kern et la jeune Jennifer. On comprend très vite que le personnage de Jennifer tient un rôle central dans cette saga puisque Kate, l’une des jeunes filles de 15 ans disparues en rentrant du collège, n’est autre que sa propre sœur.

Dans son roman « Disparitions », l’autrice a fait preuve d’intelligence en explorant le vide que pouvait causer la disparition d’un proche et cela s’est retranscrit dans l’intrigue par une recherche constante de vérité mais surtout un espoir sans faille, quinze ans après.

La ténacité du personnage de Jennifer montre à la fois le courage et la sensibilité de « ceux qui restent » mais également la colère et la hargne à chercher la vérité et à retrouver leurs chers disparus. Le fait qu’un membre de la famille d’une des victimes s’improvise détective, cela apporte une certaine sensibilité à l’enquête et resserre cet étau intimiste que j’avais beaucoup apprécié dans le second tome.

Au cours du roman, des indices nous sont délivrés, au même rythme que les recherches, même si beaucoup de questions restent encore en suspend. Ce premier tome ne révèle finalement que la partie submergée de l’iceberg, sans que l’on ne sache réellement le pourquoi du comment de ses disparitions.

J’ose espérer que les réponses à mes questions se trouveront dans le troisième et dernier tome de la saga « J. kern », disponible dès à présent et dont je ne manquerais pas de vous en parler.

Restez connecté !

Suivre l’actualité de l’autrice :

Une réflexion sur “Disparitions – Laetitia Argoud –

  1. Pingback: Tu ne t’échapperas pas – Laetitia Argoud | Nineties Girl

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s