ALASTOR et la marque des neuf cercles #1 – Emile Loubet

Le Diable est une source d’inspiration sans égal dans les différents aspects de l’art et principalement dans la littérature.

Il y a de cela plusieurs siècles, le Mal incarné était souvent représenté par une imagerie monstrueuse, symbole de la décadence et de la damnation. Néanmoins depuis un certain temps on peut s’apercevoir que le Diable a subit une certaine « glamourisation » de son personnage et connaît une frénésie nouvelle dans les différents courants artistiques.

Pour son premier roman « Alastor et la marque des neuf cercles », le jeune auteur Emile Loubet, s’approprie le monde mystique du Diable et de ses ténèbres et nous invite en plein chaos …

Quatrième de couverture :

Au cours d’une randonnée en forêt avec des amis, un jeune adolescent, Alastor, est propulsé dans un monde peuplé de légendes et de monstres : vampires, loups-garous, démons… Il apprend qu’il est le « représentant du mal » sur terre, en d’autres termes, l’ambassadeur du Diable. Il doit maintenir la paix entre les monstres et aider Lucifer, roi de l’Enfer, à asseoir son autorité. Mais une armée disparue depuis longtemps renaît pour répandre le chaos et bouleverser ainsi l’équilibre cosmique lui-même fragilisé lors d’une réunion céleste entre Lucifer, Azraël, et Michaël, représentants respectifs de l’Enfer, de la Mort et du Paradis. Michaël est alors porté disparu. Tous accusent Lucifer qui, à cause de son bannissement du Paradis, des millénaires avant notre ère, semble être le parfait coupable…

L’équilibre sera-t-il préservé ?

Avis lecture …

En grande amatrice de films d’épouvante et de littérature horrifique, le premier roman du jeune auteur Emile Loubet ne pouvait qu’attiser ma curiosité. Son roman fantastique « Alastor et la marque des neuf cercles » nous propulse d’emblée dans un monde où des créatures plus terrifiantes les unes que les autres sèment le chaos et s’entretuent pour récupérer le pouvoir ultime de la domination des deux mondes.

A travers ces pages, c’est sans surprise que l’on rencontre ainsi toutes les créatures qui envahissent nos pires cauchemars, vampires, loups-garous et d’autres créatures tout aussi répugnantes. Le conflit qui oppose ces créatures des enfers donne lieu à des scènes de combats où le sang coule à flots et où les sentiments n’ont pas vraiment leur place.

Néanmoins, pour contrebalancer cette terreur sans nom, l’auteur a introduit dans cette intrigue une part d’humanité et d’énigme en la personne d’Alastor, un simple adolescent bercé par les études et les sorties entre amis, dont la vie va radicalement changer par une simple rencontre. Au fil des premières pages, on comprend assez vite que le jeune adolescent a son destin (et celui de l’humanité) engagé dans une guerre qui le dépasse dû à son rôle d’ambassadeur du Diable.

A mesure que l’on découvre cet univers, le focus est principalement posé sur le personnage d’Alastor et la découverte de ses nouveaux pouvoirs surnaturels, qui lui sont offerts par Lucifer en personne. Les apparitions de ce dernier apportent également au roman un certain aspect burlesque, notamment par son phrasé assez particulier (mêlant une grâce ancestrale et un langage familier très moderne) mais également par son attitude à la fois espiègle et déboussolante.

Face à ses rencontres sanglantes, l’auteur n’a pas pour le moins oublier d’aborder les alliances et les relations « humaines » qui viennent apaiser le rythme soutenue de l’action et apporte une certaine humanité qui n’est non négligeable.

Concernant l’écriture et le style narratif en soi, il faut noter que par moments les actions manquent cruellement de précisions et mériteraient d’être davantage développées. Cette remarque est valable principalement pour les cinq premiers chapitres où le lecteur se retrouve face à une succession d’actions qui apportent finalement plus de questions que de réponses. De plus le déroulement de certains dialogues peuvent paraître par moments dénués de sens ou mal construits, ce qui met à mal l’expression des sentiments et l’attachement aux personnages.

Malgré ses petits détails, ce premier roman est très prometteur et témoigne de la passion et de l’imagination débordante de l’auteur. J’ai apprécié me plonger dans cet univers peuplé d’entités religieuses et de créatures fantastiques et je n’y manquerais pas d’y revenir pour suivre les aventures d’Alastor et de ses alliés.

Suivre l’actualité de l’auteur :

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s