Au bout de la nuit – Bruno BOUZOUNIE

Le thriller fait partie des genres littéraires les plus appréciés et en soi il n’y a pas véritablement de secret pour qu’un roman soit réussi : soit ça passe soit ça casse! L’auteur Bruno Bouzounie relève le défi haut la main et nous offre un thriller indéniablement captivant.

Résumé de l’auteur :

Un tueur psychopathe hante les rues de Bordeaux.

1978. Une nuit d’Avril au cours de laquelle deux adolescents ont perdu leur âme. 1992. Les membres inférieurs d’un corps sont retrouvés dans le centre ville de Bordeaux. Le seul signalement auquel la police peut se référer est celui d’un homme à la stature hors du commun. Sur fond de rite païen et de légende arthurienne, un jeune lieutenant de police, Damien Sarde, qui vient d’intégrer la PJ, plonge au cœur de sa première enquête. Le criminel va restituer, au fil des jours, les morceaux du cadavre inconnu, autant de pièces macabres au service d’un puzzle machiavélique. 

Avis lecture …

Le roman « Au bout de la nuit » de Bruno Bouzounie est l’une de ces consécrations littéraires qui vous fascine dès les premières pages et qui vous capture dans une intrigue palpitante. L’auteur nous fait part d’une enquête policière, certes un peu macabre, dans laquelle un jeune lieutenant est confronté à un crime peu habituel. La victime est réduite à une paire de jambes dissimulée dans un coffre en plein centre-ville de Bordeaux. L’équipe chargé de l’enquête est dans le flou total, tout comme le lecteur qui se demande si il s’agit de l’oeuvre d’un tueur psychopathe ou d’un rite païen. Au cours du roman, le doute va s’intensifier lorsque d’autres morceaux de corps humain vont être découvert à divers endroits de la ville.

Cette intrigue à la fois effrayante et captivante nous offre une trame littéraire assez inhabituelle, sous forme de puzzle machiavélique, dont l’auteur se joue également lorsqu’il utilise des pronoms personnels au lieu de prénoms pour nommer les protagonistes. Cette impossibilité à identifier clairement les personnages ( et en l’occurrence la victime) fait durer le suspense et l’incompréhension dans l’esprit du lecteur, dont le seul but est de nous offrir un final imprévisible.

L’aisance chronologique et les sauts dans le temps contribuent également à préparer la chute, mais par moment il faut avouer que certains passages sont assez déstabilisants puisque plusieurs époques se croisent et que les transitions sont parfois peu perceptibles. Mais en soi, ce procédé constitue la dynamique même du roman et le lecteur pourra se rendre compte assez rapidement que ses événements récents sont liés directement ou indirectement à une seule et même personne : le lieutenant chargé de l’enquête, Damien Sarde !

Outre le fait que les éléments et les indices s’accumulent au cours de ce roman, toutes les hypothèses concernant la possible identité du tueur restent en suspens, et préserve ainsi le suspense. J’ai particulièrement apprécié cette incertitude qui plane constamment tout le long du roman et les références au phénomène mnésique, aux refoulements et tout ce qui touche à l’inconscient, apportent également une autre dimension à ce thriller.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s